Quand une artiste, une association et un laboratoire s’associent pour parler d’un organe méconnu

Terpan, le distributeur français de préservatifs masculins et féminins, s’associe à l’artiste Emma Crews et à l’association les Amies des femmes de la Libération (LAFL) autour d’une Clitoris Party les 24 et 25 novembre, à Poitiers. Le but ? : alerter l’opinion publique sur les victimes d’excision et sensibiliser le grand public à la prévention contre les IST et les grossesses non désirées. Le plus ? : le tout est organisé dans l’ambiance joviale et légère d’une fête.

L’art au service de la pédagogie et de la prévention

L’association LAFL œuvre contre la prostitution, le viol, la pornographie et l’excision. La Clitoris Party a été créée pour dénoncer l’excision et favoriser la prévention des risques liés aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST). Causes pour lesquelles Emma Crews et Terpan entendent lutter à leur échelle par l’art, la pédagogie et la mise à disposition d’outils de prévention. Tous deux sont au contact direct avec des victimes de maltraitances et les préoccupations des personnes ayant besoin de se protéger des IST : bien sûr les deux acteurs n’évoluent pas et n’accompagnent pas de la même façon, mais l’accès à la protection est central dans la réussite de leurs actions.

La conquête du plaisir féminin

« J’ai accompagné des femmes excisées dans leur démarche de reconnaissance et ces journées sont une réaction, une riposte qui invite à fêter nos clitoris en France ! », raconte Emma Crews, artiste britannique installée à Poitiers avant d’ajouter « En tant que féministe mes lectures m’ont menées à aborder l’émancipation des femmes aussi à travers la conquête de leur plaisir et à m’intéresser au préservatif féminin. C’est d’ailleurs de là que m’est venue l’idée de créer la sculpture « Ceci n’est pas un vagin », composée de 1600 préservatifs féminins. Je voulais que le sexe de la femme soit reconnu dans son ensemble avec notamment le clitoris et son rôle unique : la jouissance.».

Pour cette Fête du Clitoris, Emma Crews a donc sorti son œuvre géante de 2 mètres sur 3 mètres qui avait déjà permis de sensibiliser le public au cours de la journée mondiale du préservatif féminin en septembre dernier. La sculpture est accompagnée de différents panneaux explicatifs dont l’objectif est de dé-tabouiser le sexe de la femme et de libérer la parole dans un environnement positif et ouvert. Pour cela sont aussi organisées des « Clitoris conversations », dont un « Apéro Clito » avec Deborah Sundahl, réalisatrice américaine, spécialisée dans la sexualité féminine et le psychologue et sexologue Philippe Arlin. Atelier sculpture, concerts, expositions…seront aussi de la party !

Le clitoris et le préservatif féminin : deux oubliés sous les projecteurs

Enigmatique siège du plaisir féminin, le clitoris est depuis des siècles l’objet de luttes idéologiques. A peine visible de l’extérieur, celui qu’Hippocrate appelait « le serviteur qui invite les hôtes », mesure pourtant entre 9 et 12 centimètres de long ! Il reste méconnu même chez ses propriétaires puisque selon le sexologue clinicien Jean-Claude Piquard, 50% des jeunes filles ignorent en posséder un (source : Jean-Claude Piquard, La fabuleuse histoire du clitoris, 2013).

Une réponse à la maltraitance

Entre ignorance et maltraitance, la Clitoris Party est avant tout une réponse positive et enjouée à une réalité qui l’est beaucoup moins : l’excision, le proxénétisme et par extension, la propagation des IST. L’association LAFL et Terpan ont en cela un point commun : ils s’engagent pour la prévention, l’éducation face aux risques et la libération de la femme via la contraception :

« Le préservatif féminin est méconnu et son utilisation souvent jugée complexe. Pourtant c’est un outil de liberté et un moyen pour les femmes de prendre complétement en main leur protection. En effet, il peut se mettre en place 8h avant le rapport sexuel et contrairement au masculin, il n’est pas nécessaire de le retirer juste après. », explique Kamal Yahiaoui, dirigeant du laboratoire Terpan, et leader du préservatif féminin en France.

La méconnaissance du préservatif féminin s’explique notamment par le fait qu’il ne soit commercialisé que depuis 1998, alors que le masculin est présent depuis des centaines d’années. 18 ans après sa mise sur le marché, Kamal Yahiaoui rappelle « que le préservatif féminin est tout aussi efficace que son homologue masculin et même plus résistant ! ».

Pour plus d’information sur la Clitoris Party, rendez-vous sur la page Facebook de l’événement : https://fr-fr.facebook.com/events/1780017648926479/

Info sur le préservatif féminin : Le préservatif féminin est vendu en France sous la marque So Sexy ®. Fait en nitrile ultrarésistant et sans latex, il convient aux allergiques et assure une protection optimum en recouvrant les organes génitaux externes. Côté confort, il favorise la stimulation sexuelle grâce au nitrile qui transmet la chaleur naturelle du corps pour une sensation agréable et à l’anneau extérieur qui touche le clitoris.

Produit disponible sur le site www.terpan.fr